Marthe, la foi un cran plus haut (jour 13)

dimanche 29 mars 2020

J’aime beaucoup revenir à Béthanie, le village de Marthe et Marie, la maison où Jésus aime s’arrêter avec ses disciples quand il monte à Jérusalem, plusieurs fois par an, comme lors des grandes fêtes de pèlerinage. Mais aujourd’hui la maisonnée de Béthanie est en état de choc. L’impensable, l’improbable, l’inacceptable vient de se produire. Lazare, le frère de Marthe et de Marie, leur petit frère, est tombé subitement malade et il est maintenant au plus mal… La fièvre ne baisse pas, son corps n’en peut plus et les deux sœurs sont totalement désemparées… Elles se tournent vers Dieu, elles se tournent vers leur ami Jésus. Marthe connait le lieu où Jésus s’est retiré pour se mettre hors de portée des autorités du Temple, là-bas, de l’autre côté du Jourdain. Elle y dépêche un serviteur : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. »

On doit bien reconnaître que nous sommes parfois un peu gêné par la réaction de Jésus et nous aurions bien aimé le voir montrer un peu plus d’empressement ou davantage d’empathie, nous qui sommes comme Marthe et Marie dans l’âtre de la tourmente. Pourtant en rien Jésus n’est insensible ou comme à distance de ce que vivent ses deux amies. Il accueille l’inquiétante nouvelle dans la lumière de sa relation au Père et de la mission qu’il a à accomplir à Jérusalem. La vie, la maladie et la mort de Lazare appartiennent aussi à l’horizon de cet Amour qu’il unit au Père et qu’il vient maintenant révéler en pleine lumière dans la Ville sainte. En refusant de céder tant à la précipitation qu’aux attentions protectrices de ses disciples, Jésus se manifeste comme souverainement libre, maitre du temps et maitre de la Vie. « Il demeura deux jours encore à l’endroit où il se trouvait. Puis, il dit aux disciples : « Revenons en Judée ».

Ta réaction, Marthe, est profondément humaine, magnifiquement humaine et croyante quand tu aperçois ton ami : « Seigneur, si tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort ». Il n’y a pas de reproche. C’est un simple constat mais la présence de Jésus maintenant auprès d’elle ouvre Marthe à une attente, une espérance toujours possible, toujours accessible même si elle ne sait pas quelle forme peut prendre la sollicitude de Dieu à son égard, à l’égard de Lazare, à l’égard de nos proches qui sont décédés… « Mais maintenant encore, je le sais, tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l’accordera ».

Grande est ta foi, Marthe ! Le Christ va y répondre. Il y répond : « Ton frère ressuscitera. » Alors tu fais mémoire en présence de ton Seigneur de toute l’œuvre de Dieu, des merveilles qu’il accomplit en faveur de tous les siens, en commençant par les plus petits. Au cœur de la blessure du deuil, ta foi conduit le Christ à te faire cette confidence, d’un ami à une amie : « Moi, je suis la Résurrection et la vie… Crois-tu cela ? » Le Seigneur t’appelle à croire non pas maintenant – il sait bien que tu es une femme de foi - mais dans le maintenant, dans le présent où il se révèle et fait de nous des vivants. « Quiconque vit et crois en moi ne mourra jamais. » Et Marie entre de plain-pied sur cette terre des vivants, nous offrant la plus haute des professions de foi de l’Evangile de Jean : « Oui, Seigneur, je le crois : Tu es le Christ, le Fils de Dieu, tu es Celui qui vient dans le monde. »

Marthe, aide-nous en ces temps qui nous oppressent et nous blessent, à faire mémoire de tout ce que le Seigneur a fait pour nous, à recherche Sa présence, et l’accueillant comme toi quand il vient jusqu’à nous, à oser cette parole qui va d’un cœur d’ami à un cœur d’ami et qui nous conduit très certainement vers le Cœur d’un Dieu qui veut la vie de tous ses enfants. Que disons-nous de toi, Seigneur, au creuset de l’épreuve ? Comment notre prière est-elle mémorial des bienfaits reçus et aurore du salut sans cesse offert ?

Étonnante es-tu, Marthe. Voilà qu’au plein milieu de cette rencontre, tu te détournes de ton ami et maître. Tu fais appeler Marie, ta sœur, « de façon furtive » dit le texte évangélique. Tu sais maintenant qu’il va se passer quelque chose, tu ne sais pas quoi mais tu ne veux pas que ta sœur soit privée de la présence de l’Ami et de la relation qu’il avait tissée avec chacun d’entre vous : « Le Maître est là. Il t’appelle ». Jésus avait-il demandé à Marthe d’appeler sa sœur ? Le texte évangélique ne semble pas le dire mais Marthe a saisi qu’il s’agit d’un autre appel, d’une autre vocation. De se tenir ensemble dans la foi et l’intercession pour y recevoir le don de Dieu que tous espèrent même si ils ont encore du mal à le nommer.

Marthe, bénie sois-tu, toi qui te refuses à ne garder que pour toi le trésor de la foi mais qui y associe et en fait vivre ta sœur Marie. Plus encore qu’à la parole du Seigneur, « si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux », c’est à la Présence de votre Seigneur et à sa victoire sur les forces de la mort que tu veux convier ta jeune sœur. Se faisant, entrainant Marie dans ta foi, voilà qu’elle-même est suivie par tous ces notables venus de Jérusalem pour compatir à votre deuil et qui vont être les témoins interdits de la puissance de l’Envoyé.

Apprends-nous, Marthe, à ne pas demeurer seul tant dans l’épreuve que dans l’expérience de la foi mais à oser y convier, comme toi, nos sœurs et nos frères pour qu’ils puissent comme Marie se sentir à leur tour rejoints et touchés par la Tendresse de notre Dieu. Apprends-nous à avoir les gestes qui signent notre profession de foi et qui permettent alors à beaucoup d’être témoins du salut offert par notre Dieu.

Femme de grande foi, Marthe, tu es aussi bien ancrée dans les réalités bien quotidiennes de notre terre avec ses contingences physiologiques et physiques et qui tissent notre réalité corporelle, notre être-au-monde. « Seigneur, il sent déjà. C’est le quatrième jour qu’il est là » Tu sais que Dieu respecte les règles dont il a lui-même doté sa création. Tu ne fais pas opposition à l’œuvre de ton Seigneur. Tu te prépares à accueillir dans le monde tel qu’il est l’œuvre de Dieu : « Si tu crois tu verras la gloire de Dieu. » Et la gloire de Dieu, c’est la vie de ses enfants, de tous ses enfants. Jubile et rends-grâce à l’Éternel. Ce que Dieu veut accorder à tous les humains par pure grâce et tendresse et pour toujours, ton frère Lazare l’a reçu pour un temps pour que cessent votre deuil et vos pleurs. Pour un temps car tu sais qu’une fête encore plus belle vous sera préparée dans les demeures du Royaume.

Mais tu découvres aussi, Marthe, que rien ne sera plus comme avant : « déliez-le et laissez-le allez » Quelle nouvelle vie et quels nouveaux défis attendent donc ton frère ? Tu l’ignores mais tu pressens bien que s’en est fini du petit frère que l’on gardait pour soi à la maison. L’avenir de Lazare est tout aussi ouvert que l’est maintenant le tombeau. Rien ne sera plus pareil après l’épreuve. Tout ce qui est assuré, c’est que cette vie autre et neuve sera toujours accompagnée du regard de l’Ami et que la résurrection et la vie l’emporteront toujours sur les forces de la mort.

Chère Marthe, garde nous en ta foi. Garde nous dans la foi de l’Eglise pour que comme toi, il nous soit donné de croire et d’aimer un cran plus haut à l’heure de l’épreuve.

P. Pascal-Grégoire Delage


Agenda

<<

2020

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

DiLuMaMeJeVeSa
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Annonces

Accueil et Permanences

CONTACT PAROISSE

- 1 rue de Foncillon - 17200 Royan

Tél. 05-46-38-33-03

Mail : notredameroyan@orange.fr

- Une équipe de bénévoles vous accueille tous les jours de 9h30 à 12h et de 14h30 à 17h

Le secrétariat paroissial est aussi à votre disposition, durant les mêmes horaires, sauf le mercredi Après-midi.


Météo

Royan, France

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>


Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 23 septembre 2020

Publication

567 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
2 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
16 hier
400432 depuis le début
119 visiteurs actuellement connectés